mercredi 9 mai 2012

Législatives algériennes à Tiaret : quelques éléments sur la situation locale.

Ce billet est loin d'être complet... Ce ne sont que quelques éléments pour essayer de comprendre la situation politique locale qui s'inscrivent forcément dans les profonds changements que connait le bassin méditerranéen.

Vous trouverez ci-dessous un article tiré de la Nouvelle République (le journal algérien, pas celle qu'on lit à Argenton Sur Creuse) spécifiquement sur Tiaret.

604 candidats pour 11 sièges

Au terme du délai des retraits et des dépôts de candidature aux prochaines élections législatives du 10 mai prochain, 46 listes au total ont été déposés officiellement au niveau de la DRAG de la wilaya de Tiaret, selon l’attachée de presse de la wilaya, Meghazi Fatiha.

Sur les listes en lice figurent une quarantaine de tendances politiques et six listes libres au total ont été déposé leurs dossiers de candidatures le reste. A signaler que les mêmes services avaient délivré pas moins de 91 formulaires de candidatures, dont 42 pour les partis politiques et 49 pour les listes libres. Sauf que 40 formations politiques et seules 6 listes sur 49 listes indépendantes ayant retiré les formulaires ont officiellement déposé leurs dossiers. La wilaya de Tiaret a atteint un chiffre record avec les listes ficelées et déposées dont chaque composante rêve de rafler le maximum de sièges avec 604 candidats ; un nombre important risque d’embrouiller les cartes et de compliquer la tâche aux électeurs de la région. La wilaya de Tiaret compte, selon le chargé de la communication, un corps électoral de 512 995 électeurs dont 7 079 ont été radiés contre 22 119 nouveaux inscrits.

A noter enfin qu’une cinquantaine de salles et 49 places publiques sont réservées pour la compagne électorale qui débutera le 15 du mois avril MNE : le député Merzoug M’barek tête de liste L’actuel député indépendant Merzoug M’Barek a été officiellement porté à la tête de la liste du parti M.N.E à Tiaret pour les élections législatives. Il sera suivi du professeur Ahmed Kadari originaire de Frenda et Safa Aek ingénieur d’Etat en agronomie. Quant à la gent féminine l’élu de la nation a bien choisi la jeune femme Bettahar Meriem connu par son parcours dans le monde associatif et les activités de son association humanitaire à travers les cités déshérités.


Pour la tête de liste, un retraité du secteur de l’éducation, un ex-membre de la chambre du commerce et président d’une association écologiste à Tiaret, il a raflé en 2007 deux sièges sur les neuf. FFS : le journaliste Boughanim participe Notre confrère Boughanim du quotidien régional Réflexion dont le siège à Mostaganem a bien ficelé sa liste pour participer aux élections législatives. Dans sa composante figurent le professeur Senouci Mohamed de l’université de Tiaret et une femme ingénieur d’Etat de la communauté étudiante. La permanence de son parti sera ouverte à proximité de l’université Ibn-Khaldoun où résident les 13 000 étudiants indique une source du FFS. MJD : une démission collective L’annonce du chef de file du parti MJD a divisé la poignée des militants à Tiaret, selon une source proche de la tendance politique, une démission collective du bureau de wilaya chapeautée par l’infatigable Zidani Zohra, originaire de la capitale de Sidi Amor, Frenda, et l’une des fondatrices du parti. Selon le communiqué remis à la presse, les signataires accusent Mahjoubi Challabi de non-respect du règlement du parti et de la désignation de candidats inconnus et étrangers à la scène politique.

 RND : la robe noire perd ses couleurs Nous venons d’apprendre de sources fiables que le bâtonnier Ghoul avec deux mandats consécutifs (APW) et l’un des fondateurs du parti à Tiaret a déposé sa démission pour rejoindre une nouvelle tendance politique suite à une proposition du chef de file Arab Mohand Saïd, concessionnaire de Peugeot à Tiaret. Cette décision a été prise par la robe noire suite au rejet de sa candidature des rangs du RND et la remise du dossier par le biais de la poste. Il préfère changer de camp pour occuper une place au soleil au milieu d’un nouvel entourage pour confisquer quelques voix qui mènent aux couloirs de la députation. Chez nous à Tiare, même la robe noire perd ses couleurs. L'avocat accuse les décideurs locaux de la marginalisation des militants et la réintégration des parachutés.

Hamzaoui Benchohra

Tiaret, dont l'économie tourne autour de l'activité agricole et de la jumenterie, qui a été pressentie pour une activité de raffinage (un gisement pétrolier a été découvert il n'y a pas longtemps et qui a une université.

Cela n'empêche pas que la ville soit touchée par le phénomène des harraga
Elle est aussi touchée par le phénomène des immolations des jeunes (voir aussi un article sur El Watan).

Un blog touchant sur la ville et son histoire : Web Tiaret (fait par un habitant de la ville avec des photos de la ville à l'époque coloniale et de la ville actuelle, d'autres blog existent qui sont faits par des pieds-noirs).
Il y a plus d'infos locales sur Serssou Info 
Pour la presse (de gauche) : Le Matin, Alger Républicain, Journaliste Citoyen Algérie, etc...

Cette Vidéo montre les protestations après l'immolation d'un jeune de 22 ans à Tiaret en début de cette année.
 

 Jumenterie oblige...


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire